Qu’est-ce que la méditation pleine-conscience ?

Elle a été développée par le psychologue américain Jon Kabat-Zinn dans les années 70. Tel qu’il est pratiqué, cet outil est laicisé et n’a rien de religieux. La pleine conscience consiste à prendre un moment, dans le calme, où toute l’attention de l’enfant se focalise sur ce qui se passe en lui (émotions, sensations, pensée) et autour de lui (images, sons, textures). Elle amène à se concentrer sur le moment-présent.

Selon le Dalaï-Lama, « si, dès l’âge de 8 ans, on enseignait la méditation, nous pourrions éliminer la violence en une seule génération »

Un outil qui a fait ses preuves!

De nombreuses études ont déjà été menées sur les bénéfices de la méditation pleine-conscience.

Selon Sara Lazar (2005), la pleine conscience a un effet important sur le cerveau de l’enfant : les zones cérébrales impliquées dans la mémoire, l’apprentissage, l’équilibre émotionnel et le sentiment de bien-être se renforcent. Les études d’Eileen Luders (2009) ont également prouvé que la pratique méditative améliore l’attention, la conscience corporelle et la capacité à comprendre et gérer ses réactions émotionnelles ; L’enfant reconnait ses émotions et sensations et les accepte sans les juger comme bonnes ou mauvaises. Il apprend ainsi à s’écouter et à prendre soin de son monde intérieur pour mieux se connaître.

Catherine Malboeuf-Hurtubise (2016) ajoute que les enfants qui suivent des ateliers de pleine-conscience réagissent différemment en situation de stress : ils sont moins anxieux et plus sereins. De plus, leurs réactions, par exemple en situation de conflits, deviennent plus conscientes et moins impulsives.

Au Canada, où de nombreux établissements ont fait entrer la pleine-conscience à l’école, les enseignants ont constaté une nette diminution des incivilités en classe, une sensation de bien-être des écoliers en hausse, tout comme les résultats scolaires.  (Kimberly Schonert-Reichl, 2015).

Fermer le menu